L'Auvergnat de Paris
Gérard Joulie rachète la Strasbourgeoise

Le groupe aveyronnais constitué par Gérard Joulie et ses fils vient de racheter La Strasbourgeoise, Gare de l’Est, six mois après avoir mis la main sur le Wepler. Cette prise de contrôle d’une brasserie de près de 200 places conforte la stature d’une entreprise familiale qui reste indépendante et centrée sur le métier de restaurateur. Elle annonce également un nouvel essor pour cette brasserie desservie par la faiblesse de l’animation de l’emplacement. 


La brasserie La Strasbourgeoise passe dans l’escarcelle de la famille Joulie. L’entreprise de restauration fondée par Gérard Joulie et désormais présidée par son fils Christophe, regroupe désormais 14 restaurants*. La famille Joulie semble accélérer son rythme de croissance puisque six mois seulement se sont écoulés depuis sa dernière acquisition, Le Wepler, place de Clichy racheté en octobre à la famille Bessière. Quelques mois auparavant, la famille avait créé un hôtel à côté d’un de leurs restaurants, le Boeuf couronné.

Pascal Burtont conserve la direction

Le changement de direction à La Strasbourgeoise est effectif depuis le 1er avril. L’établissement est placé sous la responsabilité de Philippe Grandrémy, directeur opérationnel du groupe, mais Pascal Burtont en conserve la direction. Entré à La Strasbourgeoise il y a près de 30 ans comme maître d’hôtel, ce Picard en est devenu directeur il y a près de 25 ans. Il a connu la période où l’établissement était la propriété du groupe Alaux. Il a poursuivi sa mission lors de l’éclatement du groupe, lorsqu’en 1999, Rodolphe Biron, natif d’Espalion a repris la brasserie, mais aussi le Stella (Paris 16e) et le Dôme de Villiers, d’abord au sein d’une société, puis en son nom en 2004. Rodolphe Biron avait déjà cédé le Dôme de Villiers au groupe Bourdoncle il y a quelques années avant de revendre le Stella, il y a un an.

Avec la famille Joulie dans le rôle du repreneur, le drapeau aveyronnais continue de flotter sur La Strasbourgeoise. Fidèle à sa politique, le groupe familial ne devrait rien faire évoluer dans le fonctionnement de l’établissement dans l’immédiat. L’équipe qui comprend une vingtaine de salariés est maintenue. Philippe Grandrémy affirme néanmoins que le banc d’écailler de l’établissement sera désormais ouvert 7 jours sur 7. En observant le fonctionnement de l’établissement, il devrait ensuite opérer progressivement des adaptations qui permettront à La Strasbourgeoise de tirer un meilleur parti de ses 197 places assises. Bien située à une sortie de Métro face à la gare de l’Est, l’établissement souffre d’une fréquentation assez faible de la gare de l’Est, beaucoup moins animée que sa voisine, la gare du Nord.

Carte alsacienne

Toujours décorée dans  un style de brasserie alsacienne à l’ancienne par Christian Maître, La strasbourgeoise mise largement sur les spécialités alsaciennes. Elle ne décline pas moins de 5 choucroutes dont les prix s’étalonnent de 20,50 à 32 €. A la carte on trouve encore des recettes du terroir alsacien comme les flammenkuches, le jarret rôti au miel, le baeckeoffe, mais aussi des classiques du répertoire de la brasserie comme l’entrecôte ou la sole meunière.

J.-M.D.

 

*L’Auberge Dab, Le Bar de la mer, Le Bœuf couronné, Le Bouillon Chartier, Chez André, Le Congrès Auteuil, Le Congrès Maillot, L’Européen, Les Grandes marches, Le Mouton blanc, Le Sébillon, La Strasbourgeoise, La Taverne Karlsbraü, Le Wepler.



Abonnement