A LA UNE
ACTUALITÉS
ACTUALITÉS LÉGALES
AMICALISME
CRÉATIONS
ENSEIGNE
MASSIF CENTRAL
POLITIQUE
PRATIQUE
PRODUITS
REPRISES
EN BREF
RÉUSSITE
SERVICES
SPORT
STRATÉGIES
TERROIR DU MASSIF CENTRAL
Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.

L'AUVERGNAT DE PARIS

A PROPOS DE NOUS

Créé en 1882, L’Auvergnat de Paris, avec 133 ans à son actif, est le plus ancien journal CHR de Paris.

Tous les jeudis, il fournit toute l’information essentielle des établissements et du secteur (politique, économique, social, présentation de nouveaux produits, équipements et agencements) ainsi que l’actualité des territoires d’Auvergne et du Massif-central.

Créé le 14 juillet 1882 par Louis Bonnet, le journal avait pour sous-titre « Du Massif central et fier de l’être ». Il était est le fils d'un journaliste-imprimeur d'Aurillac et comme beaucoup, qui décide de monter à Paris pour gagner sa vie.

Le 14 juillet 1882 paraît le premier numéro de L'Auvergnat de Paris, journal des émigrants du Centre :

"L'Auvergnat de Paris est né, et il est né viable. C'est tout armé qu'il est sorti d'un cerveau têtu d'Auvergnat"

Un réseau de correspondants de chaque village du Massif central se crée peu à peu, et constitue la force et l'âme du journal. Toutes les semaines, les lecteurs peuvent retrouver l'actualité en région, sans quitter Paris. Les sept départements sont couverts : l'Aveyron, le Cantal, la Corrèze, la Haute-Loire, le Lot, la Lozère et le Puy de Dôme. 

L'ambition de Louis Bonnet est de défendre les Auvergnats de Paris. Sous son impulsion, un mouvement auvergnat se structure avec des syndicats,sociétés de secours mutuel et des cercles littéraires. Chaque canton et parfois village crée sa propre amicale ainsi que des groupes folkloriques. En 1886, la Ligue auvergnate et du Massif central est lancée par Louis Bonnet. 

Il s'éteint en 1913 et son cercueil est suivi par une foule immense de la Bastille au cimetière du Père-Lachaise. Une rue du XIe arrondissement porte aujourd'hui son nom, au coeur de la "petite Auvergne".

Son fils Louis Bonnet prend sa succession en s'occupant du journal. Pendant la première guerre mondiale, beaucoup d'abonnés, de correspondants et de salariés sont mobilisés. La veuve du fondateur permet la survie de l'hebdomadaire en s'impliquant très fortement pendant cette période. La pagination passe ainsi de quatre à deux pages. A cette époque, les préoccupations des petits commerçants et notamment celles de leurs femmes qui tenaient la boutique, prennent une grande importance dans les pages de L'Auvergnat de Paris. Y sont abordés les pénuries de marchandises, les blocages des prix ... Sous le titre de "Guerre" sont présentés chaque semaine les derniers événements et une liste des Auvergnats, morts au front. 

Après la guerre et jusqu'à 1939, l'Auvergnat de Paris connait son âge d'or. La vie locale se raconte au fil des nouvelles détaillées grâce aux correspondants. Les petites annonces d'emploi et de ventes de fonds de commerce jouent un rôle important dans la vie économique de Paris et de l'Auvergne.

Le journal comporte dix pages à cette époque et y sont présentés les articles d'actualité en Une, les nouvelles locales, des articles sur les métiers CHR ... L'Auvergnat de Paris se pose en ardent défenseur des petits commerçants dans un contexte de crise économique et d'inflation, comme celle de 1929. 

Le journal ne paraît plus pendant la deuxième guerre mondiale mais renaît en 1945, et retrouve rapidement son rayonnement d'avant-guerre. Louis Bonnet, troisième du nom reprend en 1952 le journal, qui garde son essence première, avec ses nouvelles locales, les comptes rendu de la vie amicaliste ...

En 1986, il se présente sur 30 pages avec un tirage de 17.780 exemplaires.

Daniel Rovira - Bonnet reprend la direction du journal faisant de lui une tribune de l'actualité locale. Connaissant des difficultés financières, le journal est cédé en 1998 à un groupe d'actionnaires acteurs majeurs du CHR et à Gilles Barissat, Auvergnat et chef d'entreprise. Ce dernier se retrouve seul à la tête de cette vieille institution pour faire du titre un journal professionnel au service des CHR Auvergnat, tiré à 15.000 exemplaires.

Racheté en juillet 2008 par la SARL Bistrots et Comptoirs de Paris, l'hebdomadaire L'Auvergnat de Paris, se présente comme "l'un des plus vieux hebdomadaires de France", cherche un repreneur après avoir été mis en liquidation. 

L'Auvergnat de Paris dépose le bilan le 16 juillet 2009, faisant face à de graves difficultés financières et sans repreneur, il est mis en liquidation judiciaire le 6 août 2009 par le tribunal de commerce de Paris. 

Le groupe Michel Burton Communication devient le 15 octobre 2009, le nouveau propriétaire du journal hebdomadaire L'Auvergnat de Paris. Editeur de la Lettre CHR-CHD, Décision Boissons, La Revue des Comptoirs et ses suppléments Le Shaker, Tendances et Carnets de Bar, le groupe de presse est indépendant et a vu le jour en décembre 1990. Le journal paraît à nouveau le 5 novembre 2009 en kiosque.

Le 6 janvier 2017, le titre est repris et édité par Au Cœur des Villes, qui s'efforce de perpétuer la tradition tout en faisant progressivement évolué le titre vers plus de modernité.