A LA UNE
ACTUALITÉS
ACTUALITÉS LÉGALES
AMICALISME
CRÉATIONS
EMPLOI
ENSEIGNE
FONDS DE COMMERCE
MASSIF CENTRAL
PRATIQUE
PRODUITS
EN BREF
RÉUSSITE
SERVICES
STRATÉGIES
TERROIR DU MASSIF CENTRAL
Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.

Repères

EN BAISSE : GL Events, La transformation de la villa Valmer

Villa Valmer.

GL Events est dans le collimateur de la justice brésilienne. Le groupe lyonnais spécialisé dans l'événementiel, qui organise notamment le Sirha à Lyon, est soupçonné de favoritisme et aurait approché des politiques brésiliens dans le cadre d'un marché public à Rio. La procédure est en cours depuis sept ans, mais le PDG et fondateur de GL Events, Olivier Ginon, a multiplié les recours pour la freiner, selon Media part, qui a révélé l'affaire le 10 mai. « En ligne de mire des enquêteurs, les conditions d'attribution de la concession du Riocentro, l'un des plus prestigieux centres de congrès d'Amérique du Sud. GL Events en a obtenu la gestion pour une période de cinquante ans dans le cadre des Jeux panaméricains de 2007, signant alors son entrée fracassante dans un marché brésilien qui lui a ensuite rapporté gros, Coupe du monde de football de 2014 et Jeux Olympiques de 2016 à la clé », explique ainsi Mediapart, qui précise également que GL Events n'évitera pas un procès au Brésil.

La transformation de la villa Valmer en hôtel de luxe 5* passe mal à Marseille. Cette célèbre villa installée sur la Corniche Kennedy et propriété de la ville a été confiée via un bail de soixante ans au promoteur Pierre Mozziconacci. En échange, ce dernier injecterait 15 M€ pour transformer le bâtiment en hôtel-restaurant de 39 chambres. Mais le président du groupe socialiste au conseil municipal Benoît Payan ne l'entend pas de cette oreille. Il a saisi le tribunal administratif. Il estime que le loyer annuel de 330 K€ que s'est engagé à verser le promoteur ne compensera pas le coût de l'hébergement des divers organismes internationaux actuellement logés à la villa Valmer. Il fait par ailleurs valoir que la barre de 6 M€, seuil de chiffre d'affaires à partir duquel la municipalité sera intéressée dans l'affaire, est hors d'atteinte pour l'établissement, dans un contexte hôtelier marseillais morose.