A LA UNE
ACTUALITÉS
ACTUALITÉS LÉGALES
AMICALISME
CRÉATIONS
EDITO
EMPLOI
ENSEIGNE
FONDS DE COMMERCE
MASSIF CENTRAL
PRATIQUE
PRODUITS
EN BREF
RÉUSSITE
TERROIR
Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.

Repères

EN HAUSSE : Justin Schmitt, la volaille française, la ville de Vitré

Justin Schmitt est le nouveau chef des cuisines du restaurant étoilé le Laurent, à Paris. Le jeune cuisinier était auparavant chef des cuisines de la brasserie de l'hôtel Crillon. Âgé de 33 ans, il officiait dans ce palace depuis 2010 et a, par le passé, écumé les grandes cuisines : Lucas Carton, Grand Véfour, Grande Cascade, Bristol. Justin Schmitt prend la suite d'Alain Pégouret, qui était en poste depuis dix-huit ans. Il se murmure d'ailleurs que celui-ci devrait prochainement ouvrir sa propre table et partir à la conquête des deux étoiles qu'il n'a jamais obtenues au Laurent, un établissement appartenant au groupe Partouche.

La volaille française est de nouveau en odeur de sainteté en Chine.

En effet, l'Empire du milieu vient de lever l'embargo qu'il avait infligé à la volaille française en 2015, en plein épisode de grippe aviaire. Un accord a en effet été signé entre le ministère de l'Agriculture et l'administration générale des douanes de la Chine (GACC) afin de lever cet embargo. Le marché chinois est friand des têtes, pattes et ailes : la Fédération des industries avicoles indique que cette réouverture à l'export leur permettra de valoriser ces morceaux. Par ailleurs, la totalité des mollusques français sont, eux aussi, concernés par cet accord et pourront transiter en Chine.

La ville de Vitré (Ille-et-Vilaine) dispose depuis le 12 mars d'un hôtel 4*. Sébastien Ricaud-Ferré, le propriétaire, a investi 6 M€ pour créer le Magic, un établissement de 51 chambres de 17 à 35 m². Il a pris place dans trois bâtiments anciens dans le cœur historique de la ville, non loin de la gare. L'hôtel emploie désormais 14 personnes, mais les effectifs devraient croître avec l'ouverture d'un restaurant cet été. Le Magic comprend également un espace bien-être, avec une piscine à débordement, un sauna, une salle de sport, ainsi que trois salles de séminaire.