A LA UNE
ACTUALITÉS
ACTUALITÉS LÉGALES
AMICALISME
CRÉATIONS
ENSEIGNE
MASSIF CENTRAL
POLITIQUE
PRATIQUE
PRODUITS
REPRISES
EN BREF
RÉUSSITE
SERVICES
SPORT
STRATÉGIES
TERROIR DU MASSIF CENTRAL
Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.

Amicalisme

Fédération Nationale des Amicales Aveyronnaises

FARREBIQUE, véritable anthologie de la vie paysanne d’avant la seconde guerre mondiale. La Fédération Nationale des Amicales Aveyronnaises « Les Aveyronnais d’ici et d’Ailleurs » en partenariat avec l’Espace Rouquier et l’Association Georges Rouquier ont rassemblé un large public le samedi 9 février après-midi dans un agréable espace le PAN PIPER dans le 11e arrondissement.

FARREBIQUE, un mot qui a lui seul fait déjà rêver…

Georges Rouquier a laissé au travers de son film un témoignage sur un monde que la plupart des spectateurs ont connu. FARREBIQUE, la montagne aux chèvres,  c’est tout d’abord l’histoire d’un Oustal ou le grand-père tient, avant toute chose, à ne pas rompre la chaine patrimoniale en transmettant sa ferme agrandie et valorisée à son fils qui la rendra le moment venu à son fils.

Mais au travers de l’histoire de cette ferme, nous vivons de saison en saison la vie quotidienne des hommes et des femmes, le travail au champ, les fêtes, les deuils, les prémices du monde moderne avec l’arrivée de l’électricité… Mais ce qui fait le vrai de ce film, c’est que les acteurs ne sont pas des acteurs mais la propre famille de Georges Rouquier, avec certes un scenario qui a inclus des scènes inventées comme les funérailles du grand-père mais parfois adapté aux circonstances naturelles comme la naissance du bébé. Et ce bébé était présent lors de cette projection. La saga familiale sera poursuivie quelques années plus tard par BIQUEFARRE documentaire sur la vie paysanne face au progrès et à l’industrialisation de l’agriculture. Et comme Jean de Florette de Manon des Sources,  je dirai que Georges Rouquier a cultivé « l’authentique » ; non pas comme le pense le Papet « une fleur qui pousse dans les livres » mais une fleur qui a poussé dans ce film.

Les questions auxquelles ont répondu Mme Gréffeuille, M. Trébosc et M. Rouquier (nièces et neveux de Georges Rouquier) ont montré l’intérêt de chacun pour ce film-machine à remonter le temps. Et les discussions ont encore continué autour d’une collation, chacun évoquant un morceau de sa propre vie, l’un le « plounjou », tel autre la fenaison, mais encore l’escoudro, le pain dans la pastiero, le Pépé avec son corsaché, veste de lustrine noire et tant d’autres choses. 

La famille Rouquier défend la mémoire de Georges Rouquier qui reçut de nombreux prix.  A force de ténacité, elle a réussi à édifier l’Espace Georges Rouquier pour y abriter ses archives familiales et les mettre à disposition de tous. Cet espace dédié au cinéaste a vu le jour à Goutrens où il vous propose des films, des documents sur la carrière et la vie de l’artiste et des animations tout au long de l’année.  Ne manquez pas d’aller à Goutrens visiter cet Espace et ainsi soutenir la mémoire de notre région.

La FNAA remercie l’Espace Rouquier et la famille de Georges Rouquier qui lui ont proposé ce film et qui sont venus débattre ou parler de ce qui les tient à cœur, la mémoire de Georges Rouquier.  La Commission Culture de la FNAA prépare pour avril une conférence-repas sur les Meilleurs Ouvriers de France chez les Compagnons du Devoir  et proposera en mai une visite-dîner de l’Ecole Militaire.

Pour ne pas rater un des événements proposés, consultez la site https://www.aveyronnais.fr/