A LA UNE
ACTUALITÉS
ACTUALITÉS LÉGALES
AMICALISME
CRÉATIONS
ENSEIGNE
MASSIF CENTRAL
POLITIQUE
PRATIQUE
PRODUITS
REPRISES
EN BREF
RÉUSSITE
SERVICES
SPORT
STRATÉGIES
TERROIR DU MASSIF CENTRAL
Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.

A la Une

L'ÉDITO : La franchise, une idée qui fait son chemin

La semaine dernière, Michaël Cottin, P.-D.G. de l’enseigne La Pataterie, annonçait un retour de sa chaîne de restauration au Salon de la franchise après avoir traversé un trou d’air qui a presque divisé par deux le nombre de ses franchisés entre 2014 et aujourd’hui. Sous son autorité, La Pataterie est revenue aux fondamentaux: aux produits, au décor, à une identité claire. Michaël Cottin a également indiqué qu’il recherchait désormais des nouveaux franchisés ayant déjà exercé le métier de restaurateur. Il n’est pas le seul. Aujourd’hui, même des concepts de restauration rapide aux process simplifiés privilégient ces profils expérimentés plutôt que des cadres en mal de reconversion professionnelle. La tendance est très nette. Beaucoup de petites et moyennes enseignes ont compris qu’elles ne disposeraient jamais du potentiel de McDonald’s en matière de formation des franchisés et commencent à reconnaître les vertus du professionnalisme. Les franchiseurs ne sont pas les seuls à faire un bout de chemin. Les restaurateurs indépendants commencent de leur côté à apprécier ce modèle d’entreprise. Ils ne considèrent plus forcément les droits d’entrée et les royalties comme une extorsion de fonds et comprennent qu’il est plus facile de vendre un concept bien identifié capable de communiquer et de s’adapter aux tendances. La solitude du manager a ses limites même en restauration. Cela dit la relation franchiseur/franchisé repose d’abord sur la confiance. Il ne faut pas oublier que trop de concepts mal ficelés ou dépassés entraînent dans leur chute ceux qui les ont suivis. Les conseilleurs ne sont jamais les payeurs.