A LA UNE
ACTUALITÉS
ACTUALITÉS LÉGALES
AMICALISME
CRÉATIONS
ENSEIGNE
MASSIF CENTRAL
POLITIQUE
PRATIQUE
PRODUITS
REPRISES
EN BREF
RÉUSSITE
SERVICES
SPORT
STRATÉGIES
TERROIR DU MASSIF CENTRAL
Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.

A la Une

ÉDITO : L’atout du terroir auvergnat à Paris

À l’initiative de la CCI du Cantal, une délégation de producteurs de l’agroalimentaire du département est venue à Paris pour promouvoir les produits du terroir. À l’Assemblée nationale, les producteurs ont rencontré des restaurateurs parisiens et, le lendemain, ils sont allés au-devant des grossistes au MIN de Rungis. La communauté auvergnate, très présente dans la restauration parisienne, constitue une cible de choix pour les produits cantaliens. Les exploitants de CHR sont souvent fiers de proposer à leurs clients des spécialités provenant de leur pays. C’est ainsi que l’aubrac et la salers se trouvent aujourd’hui en position favorable sur les cartes de maints établissements de la capitale. Ces produits authentiques et qualitatifs sont un atout de séduction. À l’heure où les ventes de planches s’envolent, les garnir de salaisons et de fromages d’Auvergne représente un argument différentiel qu’il ne faut pas négliger. Il est plus que jamais nécessaire de renforcer ce lien entre la fourche auvergnate et la fourchette parisienne. Pour cela, il faudra mettre en place des logistiques performantes afin d’accélérer les temps de réponse et de diminuer les coûts d’expédition. Mais le jeu en vaut la chandelle. Ce n’est pas un hasard si, parmi les 102 bistrots médaillés hier par la mairie de Paris, la majorité était composée par des patrons ressortissants du Massif central. Le comité de sélection a repéré dans leurs maisons une cuisine de tradition vivante, mais aussi un rôle assumé d’ambassadeur des terroirs.