A LA UNE
ACTUALITÉS
ACTUALITÉS LÉGALES
AMICALISME
CRÉATIONS
EDITO
EMPLOI
ENSEIGNE
FONDS DE COMMERCE
MASSIF CENTRAL
PRATIQUE
PRODUITS
REPÈRES
RÉUSSITE
TERROIR
Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.

Actualités

MANIFESTATIONS : Le Danemark remporte un deuxième Bocuse d’or

Tous les deux ans se déroule au Sirha, à Lyon, la finale du prestigieux concours du Bocuse d’or. Après plusieurs mois de préparation, 24 des chefs les plus prometteurs au monde s’affrontent, en équipe, durant deux jours au cours desquels il leur faut se dépasser. À l’issue de ces deux journées intenses, le jury a rendu son verdict le 30 janvier au soir. Le Bocuse d’or a ainsi été attribué au Danemark, un pays qui le remporte pour la deuxième fois. Le chef vainqueur a reçu le trophée des mains de Jérôme Bocuse, président du Bocuse d’or. « Le chef Kenneth Toft-Hansen, huit ans après son coach Rasmus Kofoed, a su convaincre le jury grâce sa cuisson parfaitement maîtrisée, son dressage élégant et sa créativité », explique les membres du jury. Pour cette édition 2019, le jury a désigné deux autres équipes nordiques pour monter sur le podium, ce qui confirme la domination actuelle des pays scandinaves sur la scène gastronomique mondiale. Le Bocuse d’argent est attribué à la Suède et le Bocuse de bronze revient à la Norvège. Malheureusement, la France, qui était représentée par le chef Matthieu Otto, n’est pas montée sur le podium et a dû se contenter de la sixième place, après sept victoires au Bocuse d’or depuis 1987. Il faut remontrer à Thibaut Ruggeri, en 2013, pour trouver le dernier vainqueur français de cette joute culinaire de haute volée. Chaque équipe avait 5h35 pour exécuter sa réalisation et rivaliser d’originalité autour de deux plats typiques de la gastronomie française, une chartreuse de coquillages, clin d’œil au chef Joël Robuchon décédé en août, et un carré de veau rôti, en hommage à Paul Bocuse, fondateur du concours, décédé il y a un peu plus d’un an.