A LA UNE
ACTUALITÉS
ACTUALITÉS LÉGALES
AMICALISME
CRÉATIONS
EDITO
EMPLOI
ENSEIGNE
FONDS DE COMMERCE
MASSIF CENTRAL
PRATIQUE
PRODUITS
REPÈRES
RÉUSSITE
TERROIR
Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.

Massif central

VULCANIA : Le parc thématique passe à la vitesse supérieure

Fort de ses 320 000 visiteurs environ l'an passé, Vulcania est en plein renouveau. Alors qu'il diversifie son offre d'animations depuis plusieurs années, le parc ambitionne aujourd'hui d'installer montagnes russes, de créer un immense planétarium et de lancer une offre d'hébergements.

Le cône de Vulcania

Vulcania fête cette année ses 18 ans. Le parc d’exploration sur la thématique des volcans avait ouvert ses portes en 2002, sous l’impulsion de l’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing. Le célèbre homme politique auvergnat souhaitait, à la fin des années 1990, la création d’un lieu de transmission de savoirs, riche d’une muséographie scientifique à destination de publics scolaires ou familiaux. Le site est aujourd’hui géré par une société d’économie mixte sur une zone appartenant à la région. On y trouve une soixantaine de salariés, mais les équipes grimpent à jusqu’à 200 personnes en haute saison. À ses débuts, Vulcania a connu un vif succès. « Le parc était très attendu par les locaux et 600 000 visiteurs sont venus les deux premières années. La troisième, la jauge a chuté à 200 000. Il y a eu une remise en question à ce moment-là. L’effet de nouveauté était passé et les gens avaient fait le tour des animations », décrypte Violette Legile, responsable de la communication à Vulcania.

Pour contrer l'érosion du nombre de visiteurs, le parc s'est peu à peu réinventé. Il se divise maintenant en deux univers, avec d'un côté, des animations orientées vers la découverte et la médiation scientifique (où les curieux peu vent découvrir les phénomènes géologiques et les volcans) et, de l'autre, des animations plus dynamiques, à l'instar de Dragon Ride, où l'on s'installe sur des sièges mobiles dans un cinéma 4D. « Les visiteurs vivent donc une expérience complète, allant de la découverte pure à des choses plus récréatives. Au total, une vingtaine d'animations sont proposées, parfois incarnées par des personnages emblématiques, avec des mascottes comme Pitoufeu, l'explorateur ou le P Yapadrisk, un savant fou », égrène Violette Legile.

L’espace muséographique décrit les différents phénomènes géologiques.

L’espace muséographique décrit les différents phénomènes géologiques.

De nombreux projets

C'est ce volet divertissement qui a notamment permis de relancer la fréquentation. Vulcania a accueilli près de 320 000 visiteurs l'an passé, pour 10 millions d'euros de chiffre d'affaires : des familles (80 %), des groupes scolaires, mais aussi des seniors (près de 10 % du visitorat).

Des projets de développement devraient contribuer à l'accroisse ment de la fréquentation. Un « roller coaster » (montagnes russes) ayant pour théâtre les volcans et la géologie est prévu pour 2021. À cela s’ajoute la création d’un planétarium, qui devrait sortir de terre en 2022. « L’objectif est de développer la thématique de la terre pour élargir le thème initial, qui était le volcanisme. Nous nous ouvrons aux sciences de la vie et de la terre », explique-t-elle. Enfin, une soixantaine de « lodges », répartis sur le parc de 57 hectares vont également voir le jour. « Il s’agit de répondre à la demande en termes de parc de destination : 85 % des visiteurs n’étant pas Auvergnats, les héberger sera donc un plus, dans la mesure où la clientèle étrangère est en progression de 7 %. Aujourd’hui, nous avons une soixantaine de partenaires en matière d’hébergement. Nous ne voulons pas les concurrencer, mais proposer aux visiteurs un séjour entièrement thématisé. À l’heure actuelle, Vulcania est l’un des rares parcs dits de destination en France, mais ne possède pas d’hébergement.

Côté restauration, Vulcania joue la carte du terroir en proposant des spécialités auvergnates à ses visiteurs, telles que la truffade ou encore les charcuteries, les fromages, mais aussi des vins d’Auvergne. 90 % des fournisseurs sont régionaux. Une cafétéria, destinée à tous les publics, peut servir jusqu’à 900 ouverts. Trois points de vente à emporter proposent par ailleurs une gamme de sandwichs maison, de snacking, de boissons chaudes et froides… Une brasserie de 74 couverts offre également une cuisine régionale de qualité. L’été, elle dispose d’une terrasse de 40 couverts. À noter, la possibilité de recevoir des groupes lors de séminaires ou d’événements divers dans une salle de 450 places.