A LA UNE
ACTUALITÉS
ACTUALITÉS LÉGALES
AMICALISME
CRÉATIONS
EMPLOI
ENSEIGNE
FONDS DE COMMERCE
MASSIF CENTRAL
PRATIQUE
PRODUITS
EN BREF
RÉUSSITE
TERROIR
Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.

Créations

QUARTIER DU SENTIER : Le premier Tigermilk ouvre ses portes

Les deux niveaux d’un ancien atelier de confection ont été réunis pour offrir du volume.

C’est dans un ancien atelier de confection du quartier du Sentier, à Paris, qu’Alexis Melikov a choisi implanter son premier Tigermilk, il y a près d’un mois. Le restaurant est ainsi baptisé en référence au « leche de tigre » , nom donné à la marinade péruvienne du ceviche. Le concept fait en effet référence à la cuisine d’Amérique du Sud. Alexis Melikov, parisien d’origine, reconnaît cependant n’avoir jamais mis les pieds sur cette partie du continent et choisi ce thème afin de pouvoir proposer une cuisine facile à réaliser. Il ne badine cependant pas avec la qualité des produits. Il se fournit exclusivement en direct auprès des producteurs, via l’abattoir lorsqu’il s’agit de viande de porc fermier, base de l’une de ses recettes vedettes, le rib de porc. Cuite sous vide durant 10 heures à 68°, cette pièce de viande de 400 g est vendue 11 €. Elle fait partie des meilleures ventes de l’établissement, avec le saumon gravelax, acheté en direct auprès d’éleveurs norvégiens et cuit durant une douzaine d’heures. Selon Alexis Melikov, cette méthode d’approvisionnement permet de diminuer de 30 à 40 % le coût matière par rapport au circuit habituel. L’espace de Tigermilk est réparti à travers deux grandes pièces. Le jeune entrepreneur a sacrifié le niveau intermédiaire afin d’offrir un volume appréciable au restaurant, qui compte une centaine de places assises. L’établissement dispose d’un emplacement appréciable au carrefour de la rue d’Aboukir et de la partie piétonne de la rue des Petits Carreaux. C’est Christie Ward, qui a notamment réalisé le décor l’hôtel Soho House à New York, qui s’est chargée de l’aménagement.

Un décor signé Christie Ward.

Un décor signé Christie Ward.

Grâce à un ticket moyen de 15 € au déjeuner et de 21 € au dîner et des prix de bouteilles de vin compris entre 12 € (côtes de gascogne) et 21 € (croze-hermitage), Alexis Melikov mise sur un volume de fréquentation très élevé. Dès la première semaine d’ouverture, Tigermilk, qui emploie 16 personnes, servait quotidiennement entre 130 à 240 couverts. À terme, le patron vise les 300 couverts/jour. C’est le premier Tigmilk qui ouvre à Paris. Alexis Melikov prépare une autre ouverture à Bruxelles et est en train de négocier un emplacement dans le quartier Blanche, à Paris. Le jeune entrepreneur est loin d’être un novice ; en compagnie de sa sœur, il a précédemment participé en tant qu’associé à la création de la chaîne Pokéworks. Le concept a connu un beau succès, puisque quatre ans après sa création, l’enseigne dispose de 150 points de vente. Alexis Melikov a vendu ses parts pour se lancer dans l’aventure Tigermilk, toujours avec sa sœur.

Alexis Melikov.

Alexis Melikov.