A LA UNE
ACTUALITÉS
ACTUALITÉS LÉGALES
AMICALISME
CRÉATIONS
EDITO
EMPLOI
ENSEIGNE
FONDS DE COMMERCE
MASSIF CENTRAL
PRATIQUE
PRODUITS
EN BREF
RÉUSSITE
TERROIR
Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.

A la Une

CANTAL : Opération séduction à Rungis

Une délégation d’une quinzaine d’entrepreneurs cantaliens du secteur de l’agroalimentaire s’est rendue à Paris, les 23 et 24 janvier dernier, afin de promouvoir leurs produits et pourquoi pas créer de nouveaux débouchés avec des grossistes présents sur le MIN de Rungis.
La délégation cantaloue fait son entrée au pavillon de la marée

L’entreprenariat cantalou est relativement dynamique », se félicite Bernard Villaret. Comme le reste de la délégation cantalienne, le président de la CCI du Cantal s’est levé bien plus tôt qu’à l’accoutumée pour s’imprégner de l’effervescence du « ventre de Paris ». Salaisons, fromages, yaourts ou vins : de nombreux produits du département ont fait le déplacement avec leurs promoteurs, à l’instar de Léa Desprat (Desprat Saint-Verny), Henri Manhès (Le Cayrolais, Le Roquet et Thoumieux), Géraud Brunhes, le repreuneur de M. Charrade, des frères Besson ou du fromager aurillacois Géraud Grange. C’est l’homme de réseaux Patrick Burel qui, influencé par le P-DG de la Semmaris, Stéphane Layani, a eu l’idée d’organiser cet événement promotionnel qui a débuté lors d’un dîner à l’Assemblée nationale la veille (voir encadré), puis s’est concrétisé par des dégustations et de nouveaux partenariats commerciaux le lendemain. Bernard Villaret estime ainsi que le Cantal regorge de savoir- faire et qu’il « faut justement le faire savoir ». Cette opération est donc capitale pour braquer les projecteurs sur un tissu économique cantalien qui allie agroalimentaire et industrie innovante. Il faut souligner la jeunesse des participants : « Des générations passent, donc nous avons affaire à des entreprises qui sont cédées ou vendues, il y a des évolutions et donc de nouvelles opportunités. On le voit avec M. Charrade qui a repris la fromagerie familiale. Ces entrepreneurs ont compris qu’il fallait s’ouvrir et aller chercher des nouveaux marchés. » Ces nouveaux  marchés, on les trouve dans l’ensemble des métropoles, et l’Île-de-France et Paris représentent une cible de premier choix.


« Une démarche de groupe plus efficace »

Cette opération sera complétée par des événements organisés au sein des CHR parisiens, toujours dans la même quête de débouchés commerciaux. Certains producteurs cantalous, comme Henri Manhès, dispose déjà d’une représentation à Rungis grâce à Le Delas et Bovendis, mais d’autres avaient tout à créer. Ce sont les services de la CCI qui ont mis en place les différentes rencontres avec les grossistes de Rungis. « Il s’agit surtout d’organiser des rencontres pérennes donnant naissance à des partenariats de longue durée entre producteurs et grossistes. Faire cette démarche en groupe est plus efficace. Cela nous permet de montrer que le Cantal, ce n’est pas que le cantal », ajoute Bernard Villaret. Àtitre d’exemple, la fromagerie Condutier, basée à Pierrefort, entend davantage fournir de produits finis à Rungis alors qu’elle s’estime aujourd’hui trop dépendante de certains grossistes qui gèrent l’affinage à sa place alors qu’elle a « les moyens techniques de le faire », selon son représentant. Elle cherche donc à développer une clientèle propre autour des Cantal déjà affinés. L’objectif est de mieux valoriser le lait auprès des éleveurs locaux.

Bernard Villaret, président de la CCI du Cantal, et Didier Désert, restaurateur à l’Ambassade d’Auvergne

Henri Manhès inspecte les carcasses de bœufs.

Stéphane Layani, président de la Semmaris, le fromager Géraud Grange (Aurillac) et l’homme de réseaux Patrick Burel

Léa Desprat fait déguster ses côtes-d’auvergne à un représentant de Le Delas.

Des échanges fructueux ont permis de créer de nouveaux partenariats commerciaux.

Les produits auvergnats à l’honneur à l’Assemblée nationale

L’opération a commencé le mercredi 23 janvier en soirée, à l’Assemblée nationale, lors d’un dîner où les producteurs cantaliens, emmenés par la CCI représentée par son président, Bernard Villaret, ont été accueillis par les députés Vincent Descoeur et Jean-Yves Bony, ainsi que les sénateurs Jacques Mézard et Bernard Delcros. L’ancien ministre Alain Marleix était également présent. Plusieurs restaurateurs parisiens, Didier Désert, Jean Mathieu, Jacques Lacipière, Bernard Lhéritier, Alain Valentin avait répondu à l’appel du département pour découvrir un menu entièrement réalisé à partir de produits du terroir cantalien.

Henri Manhès, Alain Marleix, Bernard Villaret, Jean-Yves Bony, Vincent Descoeur et Bernard Delcros