A LA UNE
ACTUALITÉS
ACTUALITÉS LÉGALES
AMICALISME
CRÉATIONS
EMPLOI
ENSEIGNE
FONDS DE COMMERCE
MASSIF CENTRAL
PRATIQUE
PRODUITS
EN BREF
RÉUSSITE
SERVICES
STRATÉGIES
TERROIR DU MASSIF CENTRAL
Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.

Réussite

CAMILLE, CAROLINE ET GEORGES ANTOUN, NEW HÔTEL : Quand les femmes relèvent le flambeau

Camille, Georges et Caroline Antoun.

Georges Antoun hôtelier talentueux à qui on doit l'enseigne New Hôtel, est en train de transmettre doucement son entreprise à ses deux filles. Après avoir mené des carrières brillantes, les deux jeunes femmes ont décidé de prolonger une aventure familiale qui a débuté à Marseille et s'écrit aujourd'hui à Paris.

New Hôtel, petite chaîne familiale, a longtemps représenté une référence dans le secteur de l'hôtellerie. Loin des standards formatés des grandes enseignes, elle fait preuve depuis sa création, il y a un demi-siècle, par Georges Antoun, d'une véritable intelligence dans l'accueil.

Sans décors tape-à-l'œil, elle propose à ses hôtes des endroits confortables, agréables à vivre et où l'on veille à répondre aux aspirations élémentaires des voyageurs. La conception de chaque hôtel, imaginée avec un souci du détail, est adaptée aux flux particuliers de la clientèle de l'emplacement. Les équipes sont animées par un sens aigu de l'accueil et du service.

À en juger par la visite du New Hôtel Voltaire, l'un de ses établissements parisiens de 47 chambres, qui vient de bénéficier d'une rénovation de dix-huit mois, Georges Antoun n'a pas perdu la main. Le nouvel hôtel, à mi-chemin entre l'hôtel tout confort et le lifestyle d'une maison d'hôtes, représente un modèle d'utilisation de l'espace à travers de multiples trouvailles, comme les portes cintres spécialement créés, évitent la multiplication d'armoires de rangement au sein des chambres.

Malgré ses cinquante ans, New Hôtel demeure à la pointe de la modernité et n'a pas hésité à faire appel à trois artisans designers parisiens : Marion Mailaender, Kostia et Pierre-Louis Gerlier qui ont signé les pièces uniques du mobilier très contemporain qui a été disséminé dans l'établissement. Mais depuis quelques années, ce n'est plus Georges Antoun qui décide de la couleur des moquettes, de la position des interrupteurs ou du choix des carrelages dans les salles de bains. Le patron de New Hôtel a délégué une bonne partie de ses responsabilités à ses deux filles, Caroline, 40 ans, et Camille, 35 ans.

Des astuces pour optimiser chaque mètre carré.

Des astuces pour optimiser chaque mètre carré.

Celles-ci viennent même de prendre la direction du groupe. Elles ont attendu longtemps avant de se décider à reprendre le flambeau de l'entreprise familiale. Caroline, l'aînée, s'est laissé le plus facilement convaincre, car sa carrière avait déjà bifurqué vers l'hôtellerie. Après avoir obtenu une maîtrise de droit, elle a travaillé six ans comme assistante de direction à l'hôtel George-V.

« Lorsque mon père m'a proposé de remplacer le directeur du New Hôtel Madeleine, il y a une dizaine d'années, j'ai accepté », explique-t-elle. Camille fut plus difficile à convaincre. Après des études d'art graphique à Penninghen elle a été embauchée par la marque Nina Ricci, où elle est devenue directrice de l'image. Un poste prestigieux qu'elle a hésité à abandonner. « Parallèlement à ma carrière, j'intervenais déjà dans les choix de décor de nos hôtels, explique-t-elle. Au bout de huit années chez Nina Ricci, je me suis dit qu'il était temps de passer à autre chose. »

Non seulement Georges Antoun a la chance de voir depuis quelques mois sa descendance poursuivre l'aventure qu'il a initiée, mais de plus, il apprécie la complémentarité des profils de ses deux filles.

Caroline se charge de la gestion et de l'administratif, alors que Camille prend en main le développement, le décor et la communication. « Si elles n'avaient pas pris la suite, je pense que j'aurais vendu le groupe », assure-t-il.

Aujourd'hui septuagénaire, ce patriarche fait partie des rares hôteliers de métier dans un univers désormais largement contrôlé par des financiers. Il sait parfaitement ce qu'attend un client. Il a fait ses premiers pas dans une sorte de pension de famille, dans le quartier Bompard, à Marseille, sur la corniche. Son grand-père, arrivé du Liban en 1903, avait acheté cette grande bâtisse de 14 chambres comme point d'accueil des voyageurs qui débarquaient dans la cité phocéenne en provenance du pays du cèdre. Par la suite, Antoine, le père de Georges, a créé l'Agence maritime franco-libanaise. Mais c'est l'hôtellerie qui va intéresser Georges Antoun. À 24 ans, il persuade sa famille de convertir la pension de famille en hôtel et de l'agrandir. Le New Hôtel Bombard se positionne aujourd'hui avec ses 51 chambres comme l'un des 4* les plus recherchés de Marseille, en raison notamment de sa situation sur la corniche.

Georges Antoun a ensuite développé sa marque à Marseille, puis à Paris et même à Bruxelles, où il détient l'hôtel Charlemagne. Il possède aujourd'hui une dizaine d'hôtels, mais à l'époque où il a participé au rachat des Jardins de Paris, son groupe comptait jusqu'à 25 établissements. Au fil des années, l'hôtelier s'est transformé en un financier redoutable, qui a traité avec les plus gros opérateurs du métier en France et à l'étranger. « J'ai même travaillé avec des fonds de pension américains, raconte-t-il, j'ai dû leur faire comprendre ce que représentait en France la valeur d'un fonds de commerce, une notion totalement abstraite pour eux. Ils m'ont en revanche ouvert des horizons sur la finance. Avec eux, j'ai compris que l'on pouvait tout faire avec les banques, à condition de rembourser un jour… »

« Si elles n'avaient pas pris la suite, je pense que j'aurais vendu le groupe »

L'hôtelier marseillais n'a connu qu'un échec, lorsqu'il a voulu prendre la présidence de l'Umih à la fin des années 1990. Président de l'antenne des Bouches-du-Rhône, la confédération semblait lui tendre les bras, lorsque Jacques Thé a tiré sa révérence. Mais un certain André Daguin a surgi pour lui contester cette présidence. Il s'est ensuivi le duel le plus homérique que l'Umih ait connu dans son histoire. Georges Antoun a perdu le scrutin avec les honneurs. Vingt ans après, on sent que le sujet demeure toujours sensible pour lui. Mais au-delà de la blessure d'orgueil, il a vite su prendre de la distance en se replongeant aussitôt dans le travail et en réussissant quelques jolis coups. À défaut de présidence de l'Umih, il a connu une vraie réussite entrepreneuriale.

Actuellement, le groupe est en passe de céder deux de ses quatre hôtels marseillais pour ne conserver que ceux qui jouxtent le Vieux-Port. Georges Antoun ne croit plus au potentiel de sa ville natale où 23 hôtels se sont créés durant les trois dernières années, amenant ainsi une situation de surcapacité. Il n'a plus d'yeux que pour Paris où il détient déjà cinq hôtels, et surveille les opportunités de développement que peut lui offrir le marché. Il faut dire que Georges Antoun a aussi pris personnellement ses distances avec Marseille. Il réside désormais dans le Lubéron, où il conduit un domaine d'une trentaine d'hectares de vignes, avec sa compagne Patricia Le Naour, ancienne directrice du guide Gault & Millau . Un comble pour un homme qui n'aime pas le vin.

« Mais j'hume, assure-t-il en guise d'excuse, et il paraît que j'ai un très bon nez… » En réalité, c'est sa compagne qui conduit le vignoble. Georges Antoun a toutefois une compensation en termes de passe-temps. Outre le vignoble, son Domaine des Pyres détient 9 chambres d'hôtes qu'il faut gérer et, dans ce secteur, l'hôtelier est assurément à son affaire.