A LA UNE
ACTUALITÉS
ACTUALITÉS LÉGALES
AMICALISME
CRÉATIONS
EDITO
EMPLOI
ENSEIGNE
FONDS DE COMMERCE
MASSIF CENTRAL
PRATIQUE
PRODUITS
EN BREF
RÉUSSITE
TERROIR
Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.

Actualités

LE FIVE ELEVEN, AURILLAC : Renaissance d’un pub

Frédéric Vigier

Le pub d’Aurillac repart sous un nouveau nom avec un vrai pro aux commandes : Frédéric Vigier. Rue du Consulat, on trouve le pub d’Aurillac. Depuis bien des années ce bar aux lambris vernissés et à l’accueillant comptoir en bois, accueille toutes les générations d’Aurillacois. Il a porté diverses enseignes comme le London Pub ou le Kerry et a connu des fortunes diverses. Mais depuis quelques mois le lieu a pris le nom de Five Eleven et derrière le comptoir, on trouve Frédéric Vigier. Connu des Auvergnats de Paris pour avoir représenté durant 7 ans la Maison Desprat, ce professionnel avisé de 46 ans, pour lequel le zinc n’a plus guère de secrets dispose aussi d’un très gros carnet d’adresses à Aurillac pour avoir dirigé durant deux ans la discothèque locale, le Zinzin.

Arrivé dans les murs, il a vite mis en place les recettes pour relancer cet établissement. Il a d’abord entièrement remanié et élargi la proposition de bières avec l’aide de son distributeur Audebert. Il dispose désormais de 8 becs pression mais aussi de 26 marques en bouteille dont les fameuses bières Sulfurik, fabriquées à Salers. A la pression on retrouve même la Guinness blonde avec un tirage spécial. « Aujourd’hui, il faut non seulement avoir du choix mais modifier fréquemment l’offre de bière, assure Frédéric. C’est une des raisons qui poussent le client à revenir dans l’établissement ».

Camille tire la Guinness blonde.

Camille tire la Guinness blonde.

Frédéric a également voulu proposer à sa clientèle une belle sélection de vins pour marquer la montée en gamme de l’offre. Avec son ancien employeur, Pierre Desprat, il a ainsi composé une gamme très attirante. Enfin, il a souhaité développer la restauration qui représente désormais 30 % du chiffre d’affaires. Pour définir une offre attractive, il a élaboré une carte tapas avec des produits locaux réputés comme le caillou de Polminhac (un saucisson en forme de boule) ou les terrines de Sémanzin, à Espalion. En cuisine, un chef met en place des recettes simples comme la truite au lard.

Le patron a su s’entourer d’une serveuse très efficace en la personne de Camille. Celle-ci maintien le lien avec une clientèle jeune. Elle a d’ailleurs pris le rôle de rédactrice en chef de la Gazette du Five Eleven, qui est distribuée aux clients du bar afin de les tenir au courant des nombreuses animations mise en place comme les sessions de musique irlandaise organisées le premier jeudi du mois.