A LA UNE
ACTUALITÉS
ACTUALITÉS LÉGALES
AMICALISME
CRÉATIONS
EDITO
EMPLOI
ENSEIGNE
FONDS DE COMMERCE
MASSIF CENTRAL
PRATIQUE
PRODUITS
REPÈRES
RÉUSSITE
TERROIR
Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.

Actualités

LA SAPINIÈRE ET L'HÔTEL POSTE ET CHAMPANNE, BRIOUDE : Une histoire de femmes

Agnès Gomichon et Hélène Chazal

Hélène Chazal, 61 ans, et Agnès Gomichon, 55 ans, sont deux sœurs indissociables. Hélène évolue en cuisine tandis qu'Agnès assure l'intendance générale et l'accueil. La maison a vu le jour en 1929. À l'époque, c'est leur grand-mère maternelle qui a impulsé les premiers services du restaurant et lancé l'activité hôtelière. Au fil des ans, l'hôtel de la Poste et Champanne n'a cessé de grandir grâce à des rachats successifs de locaux mitoyens. En 1968, les parents d'Hélène et Agnès rejoignent la saga familiale et entreprennent de vastes travaux. Ils ont ainsi modernisé l'établissement (qui bénéficiait alors d'une dizaine de chambres) et créé dix chambres supplémentaires dans un bâtiment flambant neuf baptisé L'Annexe. Cette dernière a été entièrement restaurée il y a trois ans. « Nous avons injecté un million d'euros, c'était un gros pari », explique Agnès Gomichon. Aujourd'hui, les chambres de la bâtisse principale ne sont plus exploitées : les frais engendrés par d'éventuels travaux sont trop importants. Seule une activité de restauration demeure sur le site principal (le restaurant Poste et Champanne), mais les deux sœurs bénéficient d'une seconde affaire à 100 mètres de L'Annexe, baptisée l'Hôtel de la Sapinière, qui dispose également d'une salle de restaurant. Elles partagent ainsi leur temps entre ces deux fonds de commerce. « Nous n'avons pas pris les rênes du jour au lendemain, la transmission s'est faite dans la durée. Concernant La Sapinière, nous l'avons bâti il y a 20 ans », commente Hélène Chazal.

La chef, après l'école hôtelière de Clermont-Ferrand, s'est formée en cuisine aux côtés de sa grand-mère. Pendant la saison touristique, elle assure 70 à 80 couverts quotidiens pour un ticket moyen de 25 euros le midi et 45 euros le soir.

Plats emblématiques

Le restaurant Poste et Champanne dispose d'une centaine de places assises, tout comme celui de La Sapinière. Parmi les plats emblématiques, on peut citer le pounti maigre accompagné d'une crème légère au fromage blanc. Hélène affectionne les recettes traditionnelles revisitées par ses soins. Elle n'entend pas pour autant renier la tradition : « Let ripou, ça reste le tri-pou. Je me permets seulement de le gratiner au bleu d'Auvergne et de le servir avec des lentilles vertes du Puy ». Les deux acolytes proposent un menu à 19 euros (entrée froide, plat et dessert ou plateau de fromages) ; à 28 euros (avec des recettes plus élaborées, un dessert et le plateau de fromages) ; à 36 euros (on trouvera alors un foie gras de canard maison en entrée) et à 45 euros (avec deux plats).

Le restaurant Poste et Champanne

Le restaurant Poste et Champanne

Les deux femmes emploient 18 personnes entre la Sapinière et la Poste et Champanne. Le midi, Hélène Chazal œuvre dans les cuisines du restaurant Poste et Champanne ; le soir elle rejoint La Sapinière. « Il y a toujours une des deux sœurs dans l'un des établissements », sourit Agnès. Les tenancières se félicitent du regain de fréquentation que connaît Brioude ces dernières années : la naissance d'un musée d'art contemporain, la création d'un festival d'aquarelles et diverses activités culturelles ont considérablement boosté la fréquentation et l'activité.